• Elements de geographie du Niger

    Situé en Afrique de l’Ouest entre 11°37 et 23°33 de latitude Nord, 0°06 et 16° de longitude Est, le Niger s’étend sur une superficie de 1.267.000 km2 dont environ les 2/3 appartiennent aux zones saharienne et pré-saharienne

    Population 10 355 156 habitants ( estimation juillet 2001)
    Densité de population 7.8 hab/km2
    Taux de mortalité infantile 123 pour 1000
    Espérance de vie 41.5 ans
    0-14 ans : 47,97% 15-64 ans : 49,75 % 64 ans et plus : 2,28%
    Produit Intérieur Brut 8 292 millions de $
    PIB par habitant 850 $
    Monnaie : Franc CFA 1 euro = 650 CFA...

    Population :
    Pays charnière entre le Nord et le Sud du sahara, entre l'Afrique noire et l'Afrique blanche, le Niger se présente comme un carrefour de civilisations où depuis des millénaires des peuples d’origines diverses convergent et se juxtaposent.
    La richesse culturelle du Niger résident pour l’essentiel dans la diversité ethnique de sa population : Haoussa 56%, Djerma 22%, Peul 8,5%, Touareg 8%, Kanouri 4,3%, Toubou, Arabe et Gourmantché 1,2%.
    Cette population se caractérise par deux mondes qui se côtoient, nomades et sédentaires, ou éleveurs et agriculteurs, chacun avec ses particularités culturelles.

     

    Géographie Physique :
    Limité par le Burkina-Faso et le Mali à l’Ouest, l’Algérie et la Libye au Nord, le Tchad à l’Est, le Nigeria et le Bénin au Sud, pays essentiellement continental le Niger se trouve à 1000 km de l’océan le plus proche.

    Trois grands ensembles se partagent le pays :
    - Le massif de l’Aïr qui s’étend sur plus de 400 km du Nord au Sud et 250 km d’Est en Ouest des sommets comme le Mont Greboun, les Monts Tamgak, Takoulokouzet et Bagzane.
    - La zone saharienne avec le Ténéré, l’erg de Bilma, le Kaouar et le Talak, le Tamesna, l’Azawak, Termit est l’une des plus riches du monde en vestiges.
    - Les plateaux du Sud et la région du fleuve Niger, où se concentre l’ensemble de la vie économique du pays .

    Très sec dans l’ensemble du pays, le climat connaît de fortes amplitudes de température diurne et nocturne

     

    L'Aïr :
    Long de 400 km et large de 250 km, l'Aïr domine sur sa partie orientale les plaines des dunes du Ténéré. C'est un ensemble de massifs montagneux dont le plus haut sommet, l' Idoukal-n-Taghes, culmine à 2 022 m. Chacun de ces massifs représente un monde à part où l'on trouve des lacs d'eau glacée, des sources, des montagnes volcaniques traversées par des Koris. Les vallées renferment de nombreuses oasis : palmeraies et jardins luxuriants où le bœuf et le chameau de trait tirent l'eau des puits. Une eau qui irrigue les cultures de blé, orge, millet, tomates, ainsi que les arbres à fruits. Dattes, Figues, Citrons, Oranges et Pamplemousses.
    C’est dans ce massif que l’on découvre aussi :
    - Des gravures rupestres, fresques de la bordure orientale du kori Mammanet avec son prolongement dans le Djado, D'Anakom ou de Tezirzek sur la façade Est de L'Aïr.
    - Les gisements néoplasiques de l’Adrar Bous.

     

    Le Ténéré :
    Immense étendue de sable de plus de 1 200 km séparant l'Aïr et le Tibesti. Au Nord de grands regs plats, au Sud sur des centaines de kilomètres une mer de dunes parsemée d’oasis : Bilma, Fachi, Dirkou, Achegour, Tagdofat, Termit,… Jusqu'au plateau du Djado à l'Est, prémices du Tibesti tchadien.

    A l'Ouest, les derniers cordons de dunes s'éventrent sur les redoutes granitiques de l'Adrar Chiriet et du mont Greboun ou s'évasent les oueds Zagado et Arakao.
    Désert dans le désert comme l’ont surnommé les géographes et les explorateurs, il garde dans ses immenses étendues de sable de multiples vestiges préhistoriques.
    Au sud de la piste Agadez-Bilma, subsiste un des plus importants cimetières de dinosaures découverts à ce jour, Gadoufawa. Cependant le Ténéré est écologiquement fragile (paysage, sites, modes de vie des habitants). Des mesures de protection doivent être envisagées, notamment en ce qui concerne les détritus laissés sur les zones de bivouac et le pillage des zones de gisement de vestiges néoplasiques et paléontologiques.

     

    Le Djado :

    Accessible par le désert du Ténéré à partir de l’Aïr (à 400 km de l’Adrar Bous) ou de Bilma en remontant le long de la falaise d’Achégour (à 350 km au Nord). Le massif du Djado demeure une des régions les plus méconnues et les plus isolées du Sahara. Nous sommes ici dans le prolongement sud de la ceinture tassilienne du Hoggar, paysage de roches grises burinées, érodées et sculptées par le vent, le sable et l’eau. Il se prolonge à l’Est par le plateau du Tchigaï et le troisième grand massif saharien le Tibesti au Tchad.

     

    Le Tadaraste

     

    Caractérisée par l’abondance d’une espèce arbustives Adaras ou commifora et d’une espèce herbacée Wajag ou cenchrus biflora très appétée par les animaux et particulièrement le dromadaire, cet espace géographique constitue la ceinture productive du Niger en ce qu’elle est propice a la fois aux pratiques pastorales qu’agricoles.

     

                Elle s’étend de la limite de la falaise de Tiguidit, intègre du Nord au sud les vallées de Tagdofat, de Tebirghit, Keita, la vallee de ingelboubou, de Tchiwerchikakene, Takourissat, Farak, Abdineze, Tiggart, et fini par la vallée de Inekar  a 20km de Tanout ville faisant ainsi frontière avec le Damergou type.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :